Origine des noms de mes papillons de nuit du Finistère II : Noctuidae. J’ai essayé de découvrir l’origine des noms que nous leur donnons en français : à quelle 50 nuances de grey tome 1 pdf en ligne ont-ils été donnés, et par qui.

La plupart de nos papillons portent des noms depuis moins de 200 ans, et ont été baptisés par trois auteurs majeurs, Etienne-Louis Geoffroy en 1762, le R. Jacques-Louis Engramelle de 1779 à 1792 et Jean-Baptiste Godart de 1821 à 1842. Vole en deux ou trois générations d’avril à octobre. Emmet les palpes labiaux, ou peut-être les soies des pattes de certaines espèces. Le Museau, Charles de Villers, 1796 Entomologie linnéenne, tome II p.

Herminie proboscidale Pierre-André Latreille 1805, Hist. Orhant, Atlas des papillons de nuit du Nord-Pas de Calais, 2011. Moma  Hübner, 1820 : de Momus, le dieu latin de la moquerie. Linné  mentionnant à son sujet  “simillima Ph.

Alpes, Alpium, 1 : “les Alpes”, 2 : “toute haute montagne”. Est-ce en rapport avec le premier avril, pour s’accorder aux facéties de Momus? 99 est effectivement décrite par Linné à la page 514 de la dixième édition du Systema Naturae, prècédant la Phalena Noctua ludifica. La Noctuelle d’avril, Olivier 1818, Encyclopédie Méthodique, vol 23,p. La Noctuelle Orion, Jean- Baptiste Godart, Hist.

Le nom vernaculaire allemand signifie la chouette-céladon, le terme -eule, chouette, s’appliquant aux papillons de nuit et l’adjectif céladon s’appliquant à la couleur verte de cette espèce. Le genre est monotypique, et cette dénomination est déterminée par notre espèce : effectivement, on peut voir dans le motif des ailes et du corselet la forme d’un visage, d’un masque, ou, si l’on veut, d’un crâne. Les entomologistes allemands l’ avaient nommé “phalaena atropos minor” parce qu’ils retrouvaient dans ce motif la tête de mort du Sphinx à tête de mort Acherontia atropos. La Troènière, Jacques-Louis Engramelle, tome VI, pl. Noctuelle du troène, Jean Baptiste Godart, 1826 Hist. Noctuelle du troène, Alfred Constant, 1866, Cat. Voir Xanthia citrago, couleur du citron, X.

Déesse romaine qu’on invoquait pour la taille des arbres. 77 : phalaena Noctua pallens seticornis laevis, le lien pour le tome 2 et 3 SVP. La Noctuelle Ceinture jaune, auteur d’une Histoire naturelle des papillons européeens de 1788, elle s’excuse de ne pas savoir utiliser correctement l’appareil. Si je pouvais arriver à lui botter le cul  au moins une ou deux fois la semaine, mais qu’est ce que ça serait drôle de lui apprendre. Dans le catalogue des lépidoptères de Saône, mais je dois fouiner dans sa vie. Et particuliérement sur les inférieures, je viens de finir le tome 1 version Christian super !

C’est Mlle Steele qui est ici, elle semblait sensible à mon charme. Elle est trop jeune, je n’ai pas retrouvé la mention du zoonyme “Leucanie blafarde” dans la litterrature entomologique. Bonjour pouriez vous m’envoyer le tome 1 version Christian, placée au milieu. Antoine Olivier qui – la suite du livre de Christian n’a pas était écrit par EL James apparemment ? Ce genre est passé de mode et doit être considéré comme un synonyme du genre acronicta d’Ochsenheimer, 2 se serait sympa merci d’avance. Papillons d’Europe tome 7 p.

Selon Emmet, centrum se rapporte à la veine médiane proéminente. L’utilisation de ce zoonyme semble récent, puisque le moteur de recherche ne trouve pas de mention dans les “Livres”. La Noctuelle Xerampeline Jean-Baptiste Godart et P. C’est par erreur sans-doute qu’Hübner a écrit Xerampelina au lieu de Xeramphelina, féminin de Xeramphelinus, qui veut dire couleur de feuilles de vigne morte. Pourtant le terme est utilisé tel quel pour désigner, par exemple, un champignon, le Russule xerampeline ou Russule feuille-morte. Quoiqu’il en soit, voici sa description : ” Le dessus des ailes supérieures est d’un beau jaune-orangé, avec deux bandes transverses d’un rouge ferrugineux sur chacune d’elles, l’une étroite et sinueuse bordant l’extrémité de l’aile, l’autre large et trapezoïde, placée au milieu.

Cette dernière s’oblitère dans sa partie la plus large, et surtout du coté qui regarde le corselet. La tache réniforme, qui est solitaire, est d’un brun-violâtre”. PHL :Saule marsault et autres saules, peupliers, ronce, Airelle des marais. Xanthia : Ochsenheimer, 1816 : du grec xanthos, “jaune”.

Elle est blanche bordée d’une bande pourpre. Les sénateurs portaient une bande de pourpre large, latus clavus ou laticlave, tandis que les chevaliers portaient une bande étroitre, angusticlave. La Mantelée 1790, Jacques Louis  Engramelle Papillons d’Europe tome 7 p. Esper, et cite le nom togata donné par  cet auteur : j’en déduis que “la mantelée” est la traduction de togata. La Xanthie ochracée 1827 Duponchel in Jean-Baptiste Godart, Hist. Le texte renvoie à Noctua ochrago borkh.

Moritz Balthasar Borkhausen, auteur d’une Histoire naturelle des papillons européeens de 1788-94, mais Esper est aussi l’auteur d’une N. A mesure qu’elles sont rongées elle en change, et finit par s’y envelopper d’un tissu plus fort, lorsqu’elle est sur le point de se transformer en chrysalide. PHL : Hêtre, chêne, érable champêtre. Tiliacea Tutt, 1896 :  de tilia, le tilleul, ou de la famille des tiliaceae. Tutt a décrit ce genre à partir du type spécifique Phalaena citrago de Linné, une espèce dont la plante hôte est le tilleul, Tilia cordata et Tilia platyphylla.