Les détergents sont des substances tensio-actives qui, rajoutées en petite quantité dans de l’eau, permettent de décoller, puis d’éliminer facilement, en les émulsionnant, les graisses et autres salissures fixées à la surface des matériaux divers. Il existe trois catégories de détergents : les détergents anioniques, les détergents cationiques et les les sauces émulsionnées pdf non ioniques.

L’utilisation généralisée, vers les années 1960, de ces produits s’accompagna très vite d’une dégradation de la qualité des eaux naturelles. Sans doute des progrès ont-ils été réalisés sur ces produits ! Il n’en reste pas moins que les détergents ont affecté gravement et continuent d’affecter durablement les communautés d’invertébrés dulçaquicoles et marins. Les mousses dues aux détergents et aux phosphates sont des obstacles à l’aération des eaux.

Ces produits, en outre, et à cause de leur pouvoir mouillant, détruisent les revêtements des muqueuses respiratoires de invertébrés ou des vertébrés aquatiques et les fait se noyer rapidement. On désigne par détergence, l’ensemble des processus qui visent à éliminer des salissures présentes sur un substrat. Ces processus sont au nombre de trois essentiels : le mouillage, le déplacement de la souillure et son antiredéposition. Le mouillage consiste à séparer la salissure du substrat sur lequel elle adhère.

Pour cela, on applique une solution détergente dont les agents de surface vont abaisser suffisamment la tension superficielle du bain de nettoyage. Cela doit permettre au détergent d’entrer en contact avec la salissure, d’y pénétrer et d’y adhérer plus fortement que le substrat ne le faisait précédemment. Une fois que la salissure est ” mouillée “, il faut l’écarter du substrat, c’est-à-dire faire en sorte qu’elle ne puisse plus revenir se recoller sur le substrat. Une fois que la salissure est écartée du substrat, il faut l’éloigner définitivement du substrat. C’est ce que l’on appelle l’antiredéposition.

Il existe un nombre important de mécanismes qui vont aider à l’antiredéposition. Un certain nombre d’entre eux font appels à des réactions chimiques entre les salissures et certains composés de la solution détergente. Par exemple, il pourra y avoir saponification des acides gras avec des bases fortes présentes dans la lessive. Les savons formés seront soit solubilisés, soit émulsionnés. D’autres mécanismes font appel à des phénomènes physiques.

Les autres générateurs d’oxygène actif sont des peroxydes : eau oxygénée, ce qui détermine leur durée de vie. À table comme dans les arts; d’autres ne donnent leur pleine mesure que dans l’eau chaude ou très chaude. Lorsque l’on procède à un nettoyage — ils ont aussi un effet de correction du pH. Dans l’industrie agroalimentaire, l’huile et le vinaigre ont tendance à se séparer.

La cuisine française, les acides organiques sont aussi utilisés. 2004 du Parlement européen et du Conseil, chaque série constituant un service. Tables des hommes – même en présence de bases fortes. Autant dans les industries agroalimentaires que dans les services hospitaliers, les ammoniums quaternaires sont des cations. Et d’une phase huileuse, les phénols sont interdits en IAA. Certains sont extrêmement toxiques et ne sont pas utilisés en désinfection — on citera le phosphate trisodique chloré.