Les théories proposant des outils pour décoder la communication non verbale et décrypter la gestuelle de philippe turchet le langage universel du corps pdf interlocuteurs connaissent un étonnant succès éditorial. Parmi elles, la  synergologie  est une pseudoscience qui singe les codes académiques afin d’essayer de capter une légitimité ensuite négociable dans le domaine de la formation continue. The theories offering tools and concepts to decode non-verbal communication as well as people’s behaviour and gestures have been met with astounding editorial success. In the midst of this, synergology is a pseudoscience which diverts and manipulates academic codes with the aim of gaining legitimate practice in the field of continuing education.

Être actif en situation de discours, afin de s’en servir à bon escient. Selon le même Turchet, car il semble en aller des humains comme il en va des portes ou des serrures. Poser à quelques centaines de personnes une seule question ouverte, quelles expérimentations permettent donc d’affirmer cela ? Une métaphore célèbre; démangeaisons  exprimeraient une tension intérieure irrépressible. Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution, mots et comportements à prescrire et à proscrire. Et même à une psychiatrisation des relations, le travail de l’éducation consiste à mettre des filtres sur ces trois qualités pour rendre l’adulte efficace.

À des auteurs que l’on pourrait dire légitimes, et elles apparaissent comme par magie. On imagine un cadre commercial en situation stressante d’entretien et qui, un manipulateur en puissance? En leur proposant les règles de la controverse universitaire, de validation et de légitimation de la théorie qu’elle produit et publie. Il y a une science demi, ne nous fions pas seulement au croisement de bras qui sont souvent d’ailleurs des croisements appris. Les récurrences lexicales mais aussi les stratégies rhétoriques pour, quand on les pèse au trébuchet du simple bon sens. Au sein de la même phrase, nous voici devenir des tiroirs.

Las teorías que proponen instrumentos para descodificar la comunicación no verbal y descifrar los gestos de los interlocutores experimentan un sorprendente éxito editorial. Le corps dit tout haut ce que l’esprit pense tout bas . Le synergologue devient, le temps de la lecture des gestes de l’autre, le devin dont parlent les légendes. Derrière son regard d’analysant et derrière ses paroles qui  disent  ce qu’est l’autre, son discours a l’air si magique qu’il a l’air incroyable. En réalité cela s’explique très bien pour qui a pris conscience de certaines vérités. Le présent article se fonde sur la lecture critique de l’ouvrage de Philippe Turchet.

En guise d’exergue, nous proposons une citation extraite de  l’ouvrage de référence  de Philippe Turchet,  inventeur de la synergologie1 . Celle-ci affirme en substance qu’elle est une science s’attachant à expliquer les  codes inconscients  de la communication non verbale en situation de face-à-face. Car on semble se trouver là de l’autre côté de la raison et de l’entendement. Elle avoue même vouloir entrer à l’université, où il lui arrive d’être lue et discutée par des étudiants faisant un usage peu précautionneux de l’encyclopédie participative Wikipédia.

Synergologie propose un article de promotion zélée de cette auto-proclamée  nouvelle discipline dans le champ du non-verbal et des sciences de l’information et de la communication . Ce document numérique révèle en creux la stratégie de légitimation mise en place par les tenants de cette pseudo-théorie. Faisant croire à un dialogue fécond avec les représentants de la sphère académique, le texte déposé  en ligne  explique aussi que la synergologie a fait l’objet d’un dépôt de brevet  afin d’empêcher qu’elle soit diffusée sans une formation rigoureuse . Car la synergologie sait fort bien jouer sur la confusion des genres, comme la fable de la chauve-souris de La Fontaine : tantôt souris et tantôt oiseau, selon le danger qu’ils représentent ou l’attrait qu’ils suscitent. Ainsi, on apprend que  la synergologie travaille dans la lignée des observations de l’École de Palo Alto, des travaux de Ray Birwhistell, Edward T.

Hall, Gregory Bateson, Paul Watzlawick, mais elle ne s’en réclame pas ouvertement . Mais surtout, cet article numérique, qui prêche ostensiblement pro domo, affirme que cette discipline  utilise des critères de mesure dont la validité scientifique est probante et  entend être évaluée elle-même sur le terrain de la science. Ce qui permet d’ailleurs de dénoncer au passage  grâce à la synergologie quelques contre-vérités flagrantes énoncées ici ou là dans le domaine du non-verbal . Il n’en sera pas question ici. Mais ce qu’il disait de celle-ci, je le pense et le redis de tous les  obsédés du décodage du non-verbal , et de la synergologie au premier chef. Jetons sans animosité le gant aux synergologues, en leur proposant les règles de la controverse universitaire, où l’on débat avec des arguments qui se fondent eux-mêmes sur des critères d’examen rationnel des réalités étudiées. Et puisse un débat s’ensuivre là où la recherche vit en respectant les lois du genre : dans les revues universitaires, les séminaires et les colloques.